Ils auraient pu aller chercher le témoignage de mon mari , concerné aussi ... chef de cuisine rarement à l'heure , impulsif et brouillon ( selon les dires de ses collegues que je connais) mais terriblement humain , creatif , efficace et doué dans l'urgence d'un service  ! 

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/ces-employes-brouillons-mais-creatifs-27-01-2014-128404

je cite l'article :

Pourtant, plutôt que de sanctionner ces collaborateurs mal organisés, les employeurs gagneraient peut-être à valoriser ces profils « difficiles ». Comment ? D'abord en identifiant une particularité assez souvent dépistée chez les jeunes enfants. Ces employés qui n'arrivent pas à se concentrer et se dispersent au travail sont peut-être victimes d'un déficit d'attention, couplé à un taux d'hyperactivité répandu chez les filles et garçons en bas âge.

Cet ensemble de symptômes est connu sous le nom de TDA (Trouble du déficit de l'attention). Il toucherait des millions de personnes. Selon les derniers travaux de recherche, environ 10 % de la population active pourrait en souffrir. Ces employés ne sont donc pas de mauvaise volonté. Certes, ils ont tendance à se focaliser sur les tâches requérant une action urgente, perdant ainsi de vue les objectifs souvent plus importants, mais ils peuvent se montrer très investis dans leur travail. Le problème est que leur énergie est constamment mal canalisée.

Les salariés qui souffrent de TDA peuvent pourtant s'avérer un potentiel important pour l'employeur. Ainsi, des tests ont démontré qu'ils se montrent plus créatifs que leurs collègues. Comme la créativité est une ressource recherchée en entreprise, nos dirigeants auraient intérêt à saisir cette occasion incarnée par leurs employés considérés a priori comme problématiques.

Le défi serait ainsi de repenser une partie de nos politiques des ressources humaines. Plutôt que de demander à ces collaborateurs de se glisser dans un moule qui ne valorise pas leurs atouts, on pourrait essayer de repérer les conditions et les rôles précis qui leur permettraient de faire avancer leur entreprise.

Un tel changement culturel nécessiterait une autre vision de la gestion des employés et changerait assez radicalement la vie en entreprise. Les professionnels des ressources humaines devraient d'abord être en mesure de reconnaître les signes de TDA, puis d'agir en conséquence. Ensuite, les entreprises devraient modifier leur politique de ressources humaines afin de mieux encadrer ces profils atypiques.

Même si, dans la pratique, il est difficile d'espérer un tel changement, il est nécessaire pour les employeurs de prendre en compte le malaise au travail provoqué par le trouble du déficit de l'attention. Devenu désormais un vrai sujet de société, le bien-être au travail devrait bien sûr s'appliquer à ceux qui souffrent de TDA. Dans un premier temps, des mesures telles que des outils performants de gestion du temps, une ambiance calme et libre de distractions ainsi qu'une réduction du nombre de logiciels gérés permettraient un grand pas en avant.

Peut-être les entreprises elles-mêmes devraient-elles s'interdire de procrastiner ! De remettre à plus tard le traitement de ces collaborateurs dont le comportement relève du TDA. Avec de la créativité de la part de leurs employeurs, ces employés créatifs seront loin d'être les maillons faibles d'une organisation."

On en parle , on avance un peu c'est dejà ça ! encore encore encore !