20526338

Bon , ce n'ets pas partout encore , loin de là ... Mais l'idée est assez geniale pour la diffuser et qui sait , lui faire faire plein de petits un peu partout en France ... 

L'idée ? des seances de cinema adaptées aux differences 

 ICI:   CINEMADIFFERENCE

L’accès au cinéma, le loisir culturel le plus familial et populaire, est refusé de fait aux personnes autistes, polyhandicapées ou avec un handicap qui s’accompagne de troubles du comportement. 
Au premier applaudissement à contre temps, au premier cri ou rire « bizarre », les regards agressifs ou apitoyés puis les réflexions, ont vite fait de faire sortir de la salle la famille qui avait osé se risquer dans un lieu public avec un enfant, un ado ou un adulte avec ce type de handicap. 
C’est la volonté de lutter contre cette exclusion sociale qui ajoute une injustice supplémentaire à l’injustice du handicap et de permettre un accès aux loisirs culturels à ces personnes qui en étaient exclues qui anime Ciné-ma différence.

Les séances ont lieu le week-end, à une fréquence régulière, dans des cinémas tout public, avec une salle accessible aux personnes à mobilité réduite.

Un minimum d’aménagements techniques sont apportés : lumière s’éteignant doucement, son abaissé pour ne pas agresser les oreilles sensibles, mais l’essentiel repose en un accueil par des bénévoles formés.

Cet accueil commence dès l’entrée du cinéma. Une première information, écrite et verbale, est donnée à chaque spectateur. Des bénévoles sont présents à la porte, près de la caisse, devant et dans la salle. Les spectateurs sont salués et guidés, les quelques mots échangés permettent déjà de savoir qu’on est bienvenu, dans cet endroit étranger à beaucoup. 
Une fois tout le monde installé, un responsable salue les spectateurs et explique en quelques phrases le pourquoi et les règles du jeu de ces séances un peu particulières. Cette annonce évoque des situations très concrètes pouvant survenir pendant la projection et permet, en les dédramatisant et en les rendant collectives, de détendre les accompagnants concernés et d’informer les spectateurs non handicapés présents.

Pendant le film, des bénévoles sont présents aux points clés de la salle. Visibles grâce à leurs gilets fluorescents, munis de lampes de poche, ils peuvent « entourer » un spectateur un peu stressé, rassurer les accompagnants que « non, ce n’est pas grave », et redire que si le spectateur a besoin d’une pause, ils peuvent sortir quelques minutes et revenir tranquillement ensuite.

A la sortie : quelques mots sont à nouveau échangés pour commenter et se dire au revoir.

Qu’est-ce qui s’y produit ?

L’accueil chaleureux, le fait de se sentir à sa place, l’information sur ce qui peut se produire pendant la séance et le rôle de médiateur des bénévoles, ont pour conséquence que les séances se déroulent plutôt paisiblement.

L’attention ne se focalise pas sur quelqu’un qui se lève, applaudit, crie ou rit sans raison évidente, l’absence de pression amène un retour au calme beaucoup plus rapide.

Les accompagnants, parents, frères et sœurs, sont détendus et profitent de ce moment de partage d’un loisir ordinaire.

Le public non handicapé étant informé, ses réactions d’incompréhension disparaissent.

Surtout, on y ressent très fortement le plaisir d’être là avec les autres, de voir un film ensemble et de rencontrer des gens, que ceux-ci vous ressemblent ou ne vous ressemblent pas.