Vous avez peut être remarqué que durant les vacances le sommeil de vos loulous est plus tardif mais moins compliqué ( plus ou moins sensiblement ) 

horloge

Tout simplement parcequ'un lien existe entre la lumiere et la melatonine ( hormone deficiante chez beaucoup de loulous )  . En lisant ce qui suit ( source reseau-morphee.fr ) on peut essayer d'adapter notre luminosité interieure au rythme circadien de nos loulous , en regulant leur secretion de melatonine  :

La lumière solaire donne un éclairement dont l’intensité et la durée varient au cours de la journée et au fil des saisons. L’alternance du jour et de la nuit apporte des informations à notre cerveau sur le temps qui passe. Notre rétine contient des cellules sensibles aux influx lumineux qui transmettent l’information du degré d’éclairement à notre cerveau au sein d’un petit groupe de neurones jouant le rôle d’horloge interne, le noyau suprachiasmatique.

Le noyau suprachiasmatique est en lien avec une petite glande profondément enfouie dans le cerveau, l’épiphyse qui secrète la mélatonine. C’est la mélatonine qui nous sert à mesurer le temps. Sa sécrétion est bloquée par la lumière. Elle est donc essentiellement libérée  la nuit, avec un pic vers 3 heures du matin.

Pour agir, la lumière doit avoir une intensité assez forte (± 2 500 lux), largement supérieure à celle obtenue dans un appartement ou un bureau. L’éclairage d’une pièce est rarement supérieur à 250 lux, tandis que la luminosité extérieure en plein jour varie de 2 000 à 100 000 lux.

Lorsqu’un individu est soumis à une lumière suffisamment forte dans la matinée ou dans la soirée, on observe un décalage de sa température interne et de son sommeil. Ainsi, une lumière forte le matin entraîne une avance des horaires de sommeil, on s’endort plus tôt et on se réveille également plus tôt la nuit suivante. À l’inverse, une lumière forte le soir retarde les horaires d’endormissement et de réveil.

Cet effet de la lumière est directement lié à une action sur la mélatonine qui suit les variations de la lumière avec une sécrétion qui avance ou retarde l’endormissement selon le moment d’éclairage.

La lumière et la mélatonine permettent donc à l’organisme d’ajuster le rythme veille-sommeil aux variations cycliques du jour et de la nuit.