Valérie Duband , sur son site DYSMOI ( site ami du blog depuis quelques temps dejà ) nous a concocté un article sur le TDAh , l'article le mieux fait et le plus complet et objectif que pour le moment j'ai lu je pense ! 

http://www.dysmoi.fr/troubles-dapprentissage/tdah/tdah-trouble-deficitaire-dattentionavec-hyperactivite/

neurone-schema

extraits choisis 

(...) 

Communément et encore trop souvent, on parle d’enfant hyperactif. Dans l’esprit commun ce sont de enfants qui bougent beaucoup, voir beaucoup trop, fatiguant, comme montés sur pile, fonctionnant à 200% toute la journée et que les parents ne savent tenir.

Pour parler de la même chose, je crois qu’il faut d’abord bien s’entendre sur le terme hyperactivité. Il existe plusieurs formes d’hyperactivité : (...)

(...)

On peut être inattentif pour multiples raisons : éducation sans cadre, problème neurologique, difficultés psycho-affectives, difficultés instrumentales, fatigue, mauvais sommeil…

Mais on ne parle de Déficit d’Attention (différent de troubles attentionnels) que dans le cadre d’un TDA ou TDA/H (...)

(...)

C’est ce déficit attentionnel qui entraîne l’hyperactivité de l’enfant.

L’hyperactivité n’est donc que la partie visible de l’iceberg poussant à nous faire oublier que le véritable trouble est un déficit attentionnel. (...)

(...)

Le TDAH est un trouble neuropsychiatrique.

Neuro : parce que l’on parle bien d’un dysfonctionnement cérébral (même minimes, il est quand même bien là) : trouble attentionnel, problèmes cognitifs et donc appartient bien au domaine de la neuropsychologie.

Psychiatrique : parce que ce que l’on observe (trouble du comportement, instabilité) relève bien du domaine de la psychopathologie.(...)

(...) 

Le diagnostic sera posé par un neuro-pédiatre ou un pédopsychiatre ( généralement en milieu hospitalier lors de la prise en charge en centre référent). Le bilan doit alors être complet : (...)

(...)

Le test Conner (parents/enseignant) permet également d’avoir une approche globale du comportement de l’enfant. Il permet surtout de mettre en évidence un comportement constant tant à l’école qu’à la maison.

C’est d’ailleurs bien dans cette constance aussi que l’on fait la distinction entre un enfant « turbulent » et un enfant TDAH.(...)

(...) Dans la majorité des cas, un TDAH s’accompagne de troubles cognitifs : dyslexie, dyspraxie, dysorthographie, dys… On ne peut savoir de premier abord (lors de la pose du diagnostic) si ces troubles sont associés au TDA ou s’ils doivent être considérés comme primaires (existant en plus du TDA) et donc induisant un TDA.(...)

(...)

 Après plusieurs chemins ou pistes et notamment celles qui mettaient directement en cause les parents – « si cet enfant était mieux éduqué », « si vous étiez plus présents »…- sont heureusement écartées.

Aujourd’hui, il est même dit clairement haut et fort que tout ceci est faux et qu’il est inutile en tant que parent de se sentir responsables ou de se sentir coupables.

Avoir un enfant TDAH nécessite en plus une éducation « particulière » qui respectera aussi le fait qu’il garde l’estime de lui-même. (...)

(...)

Grâce à l’émergence de l’imagerie médicale (rappelons le encore récente), il y a eu une énorme avance de la neuropsychiatrique. On sait aujourd’hui que l’hyperactivité est due à un dysfonctionnement du cerveau. Cela parait d’ailleurs logique puisque notre cerveau contrôle et commande nos mouvements dans l’ensemble de leur exécution (fréquence, amplitude, psychomotricité fine…).(...)

(...)

Les recherches montrent donc que la cause du TDAH serait un débalancement des neurotransmetteurs : une diminution de ces neurotransmetteurs, essentiellement dopamine et noradrénaline. Les résultats positifs par psychostimulants confirment ces recherches (...)

(...)

Les deux neurotransmetteurs impliqués dans le TDAH sont la dopamine et la norédrénaline.(...)

(...)

Il semblerait donc que le TDAH soit hautement héréditaire.

En Novembre 2011, une étude publiée dans « The Lancet » montre pour la première fois des modifications génétiques chez les enfants atteints d’hyperactivité. (...)

(...)

Tous les enfants bougent, tous les enfants sont provocants à certains moments, tous les enfants peuvent avoir certains « symptômes » des TDAH. La différence est le coté excessif de la situation, la répétition, la quotidienneté (...)

(...)

Généralement ce sont des enfants en souffrance qui ne comprennent pas pourquoi on les réprimande autant parce qu’ils ne le font pas exprès, parce qu’ils ne se rendent pas compte de ce qu’ils font au moment où ils le font (l’impulsivité domine). (...)

(...)

des enfants super attachants car ils sont extrêmes aussi dans leur amour et leur marque d’affection, ils sont des adaptes des gros câlins, des bisous sans raison, des enfants qui vont vous dire “je t’aime” mille fois, des enfants qui vont regretter leur gestes, leurs paroles, une fois qu’ils sont retombés, regretter à en pleurer, à s’en vouloir. (...) >>>> je confirme MILLE FOIS  

(...)

il se concentre mais son attention n’est pas soutenue (...)

(...)

Ils ne sont pas constamment en train de sauter, courir, bouger. Ils peuvent être assis certains moments. Certes ces moments sont courts ou alors on voit apparaître d’autres manifestations : tripotages, bouger sur la chaise… (...)

(...)

Crises, provocations, mises en danger, agressivité… sont associées au TDAH. On suppose que ces situations leur permettent d’augmenter leur taux de dopamine. De manière inconsciente, ils utiliseraient cette voie pour augmenter « naturellement » la neurotransmission défaillante. (...)

(...)

En première instance, il peut être proposé des thérapies comportementales et cognitives mais quand les troubles TDAH sont envahissants, il faut aussi prendre en compte la vie de l’enfant. (...)

(...)

 

Non, ce n’est pas un problème éducatif. Les enfants TDAH ne sont pas des enfants “mal élevés”.  Ce sont des enfants qui ont un trouble neurologique entrainant une hyperactivité et les rendant impulsif.

 

Il est sur en revanche qu’une carence éducative favorisera le phénomène. (...)

(...)

VALERIE DUBAND :

Consultante « dys »

Coach professionnelle certifiée, spécialisée enfants et adolescents

Intervenante en milieu scolaire (remédiation auprès d’enfants en échec scolaire et/ou ayant des troubles d’apprentissage)

Formée en gestion mentale

Auteur de « Dysmoi, le blog des dys »

Formatrice.

autre billet concernant Valérie Duband : la Webconférence http://panda29tdah.canalblog.com/archives/2014/10/16/30778620.html