Je reçois de plus en plus de messages (merci :) ) concernant Barkley , la méthode , et notre manière de l'aborder chez nous . Comment passer de la théorie à la pratique . 

Je vais donc y répondre ici en une seule fois et donc ouvrir pour le coup la catégorie " à titre personnel " : 

1/ nous n'avons reçu ni participé à aucun atelier , coatching concernant cette méthode 

2/ C'est me basant sur des lectures et en discutant avec d'autres parents d'enfants TDAH ou atteints d'autres troubles que je me suis familiarisée avec cette méthode .

3/ nous n'appliquons pas cette méthode à la lettre , elle est adaptée le plus judicieusement possible à Nous , à notre enfant .

Ainsi , je vous livre ici donc ce que nous en avons fait , comment nous nous en servons efficacement au quotidien , ce que nous y avons ajouté et en quelles "doses" elle est applicable chez nous . C'est comme tout : des habitudes à prendre , pas facile au début mais une fois le rythme pris c'es plus simple .

La méthode de la famille Panda LOL ! 

 

Rappel d'abord de Barkley

 

1. Donnez rapidement à votre enfant davantage de feedback (un feedback positif est une récompense et un feedback négatif est une réprimande) et appliquez plus de conséquences immédiates

Comme le dit Virginia Douglas, une psychologue canadienne, les enfants atteints du TDA/H semblent ne vivre que dans le présent beaucoup plus que les autres enfants. Il est donc nécessaire de faire remarquer l’acte de l’enfant sur le moment avant que l’enfant ne se souvienne plus de l’acte qu’il a commis. Si pour que l’enfant reste centré sur la tâche, il faut prendre les mesures pour aussi bien donner une rétroaction positive et des conséquences qui auront l'effet de rendre la tâche plus gratifiante, et aussi de donner des conséquences négatives mineures s’ils se détournent de sa tâche. Aussi, pour modifier des comportements négatifs, il est nécessaire d’offrir rapidement des récompenses et une rétroaction positive lorsque l’enfant se comporte bien et, de la même façon, des conséquences négatives lors de comportements inappropriés. Une rétroaction positive peut se donner sous forme de félicitations et de compliments tout en exprimant précisément et spécifiquement ce que l’enfant a fait de positif. Cela peut aussi se faire sous forme de manifestations physiques d’affection.

 2.      Donnez plus fréquemment de feedback à votre enfant

Des conséquences ou une rétroaction immédiate peuvent être utiles même s’ils sont donnés occasionnellement, mais ils seront d’autant plus efficaces qu’ils seront donnés fréquemment. Évidemment, donner beaucoup de rétroaction risque d’agacer et d’irriter l’enfant mais il est important surtout lorsque la modification du comportement inacceptable est important.

 3.      Utilisez des conséquences plus grandes et plus puissantes

Afin de l’encourager à accomplir sa tâche, à respecter les consignes ou à bien se comporter, l’enfant hyperactif a besoin de conséquences plus significatives, plus puissantes que les autres enfants. Ces conséquences peuvent comprendre des manifestations physiques d’affection, des privilèges, des petites gâteries, des jetons ou des points, des récompenses matérielles telles que des petits jouets ou des articles de collection. Ceci peut sembler à première vue aller à l’encontre de la règle de base voulant que les enfants ne doivent pas recevoir trop souvent de récompenses matérielles parce que de telles récompenses peuvent remplacer les récompenses tel que le plaisir de lire, de faire plaisir à ses parents et amis, la fierté de maîtriser une nouvelle tâche ou activité mais ces formes de renforcement, de récompense sont beaucoup moins susceptibles d’amener les enfants TDA/H à bien se comporter.

 4.      Utilisez le renforcement positif avant la punition

La plupart du temps, la punition est un moyen  pour faire remarquer à l’enfant qu’il  se comporte mal ou qu’il a désobéit. Cette approche peut être tout à fait adéquate pour l’enfant qui n’est pas atteint d’hyperactivité et qui ne se comporte mal qu’occasionnellement, et qui, en conséquence, n’a pas à être puni très souvent. Cependant, une telle approche n’est pas indiquée du tout dans le cas d’un enfant atteint d’hyperactivité qui, selon toute vraisemblance, se comportera mal beaucoup plus souvent et qui se verra appliquer beaucoup plus de conséquences négatives qu’un autre enfant. La punition, utilisée seule ou en l’absence de récompenses régulières et d’un feed-back positif, n’est pas très efficace lorsqu’il s’agit de modifier le comportement. La méthode punitive entraîne généralement du ressentiment et de l’hostilité chez l’enfant. Quelquefois, cela peut même mener à du contre-contrôle de la part de l’enfant qui cherchera des façons de se venger, qui voudra exercer des représailles.

 5.      Soyez conséquent et constant

À chaque fois qu’il vous est nécessaire de gérer le comportement de l’enfant, il est utile d’utiliser les mêmes stratégies.

Être constant implique quatre choses :

         - Être constant dans le temps;

- Ne pas abandonner trop tôt quand un programme de modification du comportement est commencé;

- Continuer à réagir de la même façon, maintenir le cap, même dans un contexte     différent;

         - Faire équipe avec le conjoint (pour les parents).

6.      Cessez de « chialer et agissez »

Sam Goldstein explique aux parents cesser de discuter avec leurs enfants et d’appliquer plutôt les conséquences, car l’enfant hyperactif  va comprendre plus facilement avec un feedback plutôt qu’avec une discussion dont le but est d’essayer de le raisonner.

 7.      Planifiez les situations problématiques

En apprenant à anticiper ces situations problématiques (aller au cinéma, dans un lieu public), en prévoyant comment mieux les résoudre avant de retrouver dans ces situations, en discutant des solutions avec l’enfant, et en vous conformant à votre plan si un problème se présente, l’angoisse est diminuer et évite les situations à problème.

Il peut être mis d’accord avec l’enfant de  la récompense, avant que la situation a problème, et de la punition qui sera utilisée et avant tout il est nécessaire de revoir avec l’enfant deux ou trois des règles qu’il a de la difficulté à suivre.

 8.      Gardez à l’esprit les difficultés de maturation

 Parfois, confronté à un enfant difficile atteint d’hyperactivité, il arrive perdre toute perspective du problème de base. Il est possible alors de se mettre en colère, devenir enragés, à tout le moins frustrés et embarrassés quand les premiers efforts dans la gestion du comportement de leur enfant ne donnent pas les résultats attendus. Il peut même arriver de se rabaisser au niveau de l’enfant et commencer à argumenter avec lui comme un autre enfant le ferait. Il ne faut pas oublier que l’adulte doit garder le rôle de l’éducateur et de garder son calme.

9.      Ne personnalisez pas les problèmes de l’enfant ou son trouble

Il est nécessaire de ne pas évaluer ses propres sentiments de valeur et de dignité personnelles en fonction du fait que de gagner ou non une discussion avec l’enfant. Il ne s’agit pas ici de tenir le compte des victoires et des défaites.

 10.  Pardonnez

Il s’agit ici du principe le plus important, mais aussi de celui avec lequel il est le plus difficile d’être quotidiennement en harmonie. Il faut pardonner.

 

Je pense que chez nous , du 1 au 5 sont dans un seul et même tenant , ainsi je résumerai Notre méthode , insipirée fortement de Barkley avec notre touche personnelle :

1> RER : Nous sommes toujours Réactif ( feedback qu'il soit positif ou negatif quasi du tac au tac ) Endurants ( on ne lâche rien ni sur le moment , ni sur la durée et nous avons appris le passage de relai efficace entre nous ) et Réguliers ( autant que possible  ) , quand ça va trop loin ( TOP) la sanction tombe , on ne revient jamais dessus . On en reparle plus tard , toujours .

2>  Cadre bienveillant : la bienveillance doit être verbale ( le ton , les mots , l'intonation ) , gestuelle ( nous essayons de garder le langage corporel ouvert ) , intentionnelle ( regard toujours droit et bienveillant ) ; le cadre assurant la securité , la stabilité doit de même être verbal ( ton ferme mais posé, éviter de crier ) , gestuel ( le corps doit rester ouvert et droit  ) et intentionnel ( ne rien céder )

3> Action plutôt que réaction : nous sommes donc réactif quand celà s'impose ( cf N°1)  , mais autant que faire ce peut , nous préférons agir en amont , prévoir , anticiper les évènements , les crises . ( prévenir des évenements en compte à rebour , demander les choses l'une apres l'autres , s'aider de pictogramme , de tableaux-agendas perso , un timer est souvent un tres bon allié ... )

4> Equipe pour et avec lui  : nous avons formé autour de notre fils ce cadre bienveillant avec les personnes gravitant autour de lui ( enseignants scolaires et extrascolaires, soignants , familles , amis ) mais tout celà ne servirait à rien si notre fils lui même ne faisait pas partie de cette équipe . Nous gardons en tête que le but de tout celà est bien de l'aider à gerer seul ses troubles , avec le moins d'aide possible ... Pour celà il nous apparait évident qu'il lui faut être volontaire et partie prenante de tout celà . Du haut de ses 6 ans 1/2 et depuis bientôt 3 ans que nous mettons tout celà en place avec et pour lui , notre loulou fait dejà preuve de maturité ( héhé oui un comble pour ce trouble ! ) combativité , endurence , force et perseverence ( nous sommes fiers de lui , de nous ... ) ; les mots d'ordre pour notre super équipe : cohérence , confiance , information , dialogue , ouverture , amour , humour aussi ! et mafoi accepter les remises en questions .

5> Etre n'est pas Avoir :  une personne a un Trouble Déficit d'Attention ( avec ou sans hyperactivité ) , en aucun cas il n'est ce trouble . 

6> L'explication n'est pas l'excuse : interdiction totale que l'explication des choses par le TDAH devienne l'excuse . Nous travaillons justement en ce sens . Notre fils doit des comptes et des excuses autant que n'importe quel enfant pour tout manquement aux règles ; Les sanctions doivent juste être adaptée au trouble : pas à contre-sens ( immobilisation au coin > mieux vaut lui faire faire un prcours du combattant LOL ) ; justes ( les enfants TDAH ont souvent , comme notre fils , un sens très aigu de la justice ; sur le moment ( ils ne comprennent pas quand la sanction tombe des heures apres ) ... ) 

7> Pardonner : le mot d'ordre , ne jamais se séparer faché ; ne jamais rompre trop longtemps de dialogue . Lui rappeler qu'on l'aime e qu'on lui fait confiance , qu'on fait une equipe et qu'il doit rester avec nous , pas contre nous .

8> Mes bras  : ils ont été le 1er contenant des crises de notre fils quand il avait 18 mois / 2 ans ... cette gestion personnelle des crises fût dans ses débuts éprouvante voire violente . Je contenait mon fils contre moi et je contrôlais ma respiration afin qu'elle ralentisse et mon esprit centré , ainsi par mimétisme au bout de quelque temps , la respiration de mon loulou se calmait et il arrivait à se recentrait ... ça prenait le temps que ça prenait , je ne parlais pas , j'etais juste là contenante et bienveillante . Aujourd'hui la récompense c'est que de lui même il vient se lover contre moi quand il en a le reflexe ou quand j'ai moi même le reflexe de lui proposer ... à l'école il a trouvé d'autres strategies de même inspirées du yoga et des respirations .

9> Humour : on l'oublie souvent , pris dans le tourbillon de la vie avec une ou des personnes atteintes de TDAH ! Mais l'humour reste une magnifique force positive de gestion de ce trouble ... nous avons ici au fil du temps quelques mots clés qui peuvent faire revenir calme (relatif) et sourire . des mots qui résonnent en nous comme bons , drôles . 

10> CESSER DE CHIALER , AGISSEZ : je pense que c'est LA phrase de Barkley qui est notre leit motiv , celle qui nous inspire le plus dans tout ça .

Concernant le tableau des récompenses : nous en mettons un en place , au besoin , un seul à la fois ( il faut donc bien choisir le point noir en question ) , ça prend le temps que ça prend , il nous faut un "carton plein " ! Par contre quand notre fils y parvient , c'est considéré comme acquis donc nous ne devons plus revenir dessus et aucun tableau des recompenses n'est envisageable pour ce point precis .

Je pense qu'un enfant TDAH doit être plus cadré qu'un enfant "lambda" , mais en parallele il doit être plus rassuré , d'ou l'approche de cadre tres serré mais toujours bienveillant . 

La vie à la maison est difficile , nous sommes humains et donc il arrive qu'on oublie aussi tout ça ... le tout est de revenir , se reprendre , d'en rire même parfois . 

il faut aussi savoir s'éloigner sans remord , sans scrupule du foyer regulierement quand c'est possible : s'oxygener , se défouler , se recentrer ... chacun son truc .

Chez nous chacun sa soirée : lundi soir c'est moi et jujitsu ( et les enfants avant moi ont chacun une heure de judo) , mercredi c'est gym pour les enfants ( un coup sur deux pour loulou qui alterne avec psychomotricité ) et judo pour mon mari , jeudi soir judo pour notre fille et samedi matin judio pour notre loulou . 

N'hésitez pas à me faire part de VOTRE méthode chez vous , dans les grandes lignes ou précisément , je me ferai un plaisir d'en faire un billet à partager ici avec les autres , ainsi chacun pourra piocher un peu de ceci ou celà , ici ou là ... pour toujours du mieux !

RECAP pour nos TDAH 

La méthode Barkley :

barkley

 

Notre Méthode perso 

FAMILLE PANDA